Vincent Chove

Rotate your device
menu
Retour
lire tous les rêves
Rêves

Drôles d’oiseaux tous ces animaux !

25 juillet 2014
RÊVE 11 et 12

Je vois deux échassiers !
Il fait clair, l’un d’eux monte sur un poteau en bois et je le prends en photo. Son plumage est dans les tons verdâtre et jaune, assez splendide, très original, très très original, très inattendu, tandis qu’un deuxième s’est écarté, s’est éloigné à cause de l’arrivée d’une voiture, d’un vieux 4x4 (qui ressemble à celui qui nous suivait hier, une Jeep je crois, à l’extrême pointe ouest de l’Europe et qui m’agaçait un peu parce qu’il nous collait trop dans nos étapes).
Le conducteur de ce véhicule un peu baroud me copie, en s’arrêtant parce que je suis en train de photographier ce splendide échassier, qu’il ne l’a pas vu et que l’on arrive à un carrefour, une petite rue, en pleine campagne. Il me copie et cela m’agace qu’il me colle et fasse comme moi.
Mais quoi qu’il en soit, cet oiseau est vraiment splendide, assez extraordinaire, vraiment très très original !
C’est totalement inattendu !
Je vois une flopée d’oiseaux bleus foncé et bleu clair, avec le bec orange je crois, rouge peut-être, des oiseaux absolument splendides, qui sont en train de s’envoler pour former un groupe absolument inattendu.
Je cherche à les prendre en photo, je ne sais pas si j’ai le temps de faire la mise au point et de les prendre en photo ; puis je suis un tout petit peu gêné parce qu’ils vont vers la gauche et que Balthazar est là, coupant un peu la vue. Mais c’est comme ça, ce n’est pas grave, je les ai vu, j’ai adoré cette découverte, leur majesté et leur immense originalité comme leur beauté très très singulière, unique. Je ne suis pas prêt d’oublier cette image, ce mouvement, ces couleurs et l’envol de ces oiseaux !

 

Drôles d’oiseaux tous ces animaux !

à Agra, en Inde
18 février 2015
RÊVE 5

Un aigle arrive sur le côté, près du sol, serres ouvertes pour attraper une proie sans doute, que pourtant je ne vois pas, ou pour atterrir et repartir en fait aussitôt sans s’être posé.
C’est très original, en plus de ce mouvement bien vif : il a les plumes bleues en arrivant, un bleu comme celui des plumes du paon, un bleu intense et lumineux. C’est cette couleur que je vois nettement en voyant cet aigle royal, costaud, majestueux, se déployer de face par rapport à moi vers l’avant et sur le côté gauche pour lui, dans un geste un peu acrobatique et puissant de ses ailes et ses pattes, légèrement en torsion. Quelle couleur !! Puis c’est l’étonnement immense : la couleur de cet aigle royal se transforme soudain du bleu à l’orange, un orange presque flamboyant ! C’est remarquable, inattendu, très original ! Quel spectacle !

Drôles d’oiseaux tous ces animaux !

27 juillet 2014
RÊVE 10 et 11

Un bel éléphant, adulte, avance avec son cornac, sur la droite d’une route asphaltée, en Islande je crois ! Et de manière très inattendue, je remarque que plus loin, en avant, se trouve aussi un éléphanteau, décoré, peint en quelque sorte, comme c’est très souvent le cas en Inde lors des festivités. Il porte également un large et très beau tissu sur le dos. Je suis dans ce même environnement, en présence de cet éléphant, de l’éléphanteau richement décoré qui marche sur cette route Islandaise et en présence également d’une petite fille.
Très curieusement, j’observe que la petite fille est le sujet d’un intérêt inattendu de l’éléphanteau je crois, ou de l’éléphant adulte je ne sais plus. Car la trompe légèrement poilue et toute noire de l’éléphant la renifle et la suit dans sa marche, sans que la petite fille ne s’en aperçoive apparemment ! Je trouve ça très cocasse, drôle et j’ai très envie de prendre une photo de cette scène et d’en mémoriser le caractère drôle et original.
Je prends mon appareil photo, je fais la mise au point sur les deux sujets, la petite fille avec cette trompe qui la renifle puis je fais la mise au point, dans une seconde photo, sur la trompe seule.
La trompe de l’éléphant est noire ! Un beau noir, intense. Puis je me dis que je pourrais lui donner une banane !...

Drôles d’oiseaux tous ces animaux !

14 août 2015
RÊVE 10

Il fait clair et je vois un animal, un joli mammifère au pelage beige clair et à museau qui nettoie le muret sur lequel il se trouve des insectes qui peuvent se trouver sur ses parois verticales en pierres blanches. Il nettoie ce muret des petites bêtes qu’il essaie d’attraper, une en particulier. Les deux animaux sont l’un comme l’autre très vifs, pleins de virtuosité, de dextérité dans leurs gestes, rapides comme l’éclair, précis, souples aussi, sans brutalité.
C’est étonnant et même émouvant car cet animal fait cela non pas pour s’amuser ou par instinct, même s’il s’en sert, mais comme si c’était son job à la mairie de Versailles !...
A un moment, il a failli attraper un de ces petits insectes mais il continue de nettoyer le muret pierre par pierre, minutieusement et consciencieusement.
Puis c’est Mistouille que je vois et qui lui aussi participe ! Oui !
Quelle joie pour moi de le voir ! Quelle belle surprise ! Ce que c’est émouvant aussi cette générosité et ce sens du travail qui l’habitent !

Drôles d’oiseaux tous ces animaux !

2 janvier 2010
RÊVE 2

Je vois des moutons et des enfants jouer sur les collines dans une région de France que je survole dans un petit avion. Je montre ça à Balthazar aussi. J’ai beaucoup de plaisir à voir ça ! Comme c’est sain.
Mais curieusement aussi, ces enfants et jeunes adultes qui jouent avec ces moutons, parfois dévalent les pentes sur leur dos à toute vitesse pour s’amuser. A un moment, j’en vois un qui va très vite à la fois en courant lui-même, ou en étant sur le dos de 2 ou 3 moutons, et qui a failli s’écraser contre un arbre de conifères dans la forêt en contre bas en rejoignant ses amis. Je le vois voltiger et aller presque contre le tronc de l’arbre. Ça me fait peur, il aurait pu se fracasser. Mais non, ils ont eu chaud, mais tout va bien, ils rient.
Je vois aussi que certains montent facilement la pente de la colline pour aller jouer avec une vigueur de jeux étonnamment viriles il me semble, en prenant sur leur dos 3 ou 4 moutons d’un coup… Ils sont pressés et heureux d’aller jouer à ces jeux inédits.
A un moment, une jeune femme va se faire soigner par ses parents car elle a été blessée par les sabots d’un des moutons. C’est courant, cela arrive souvent. On m’explique que les moutons ont régulièrement besoin d’aiguiser leurs sabots, 2 fois l’an environ, à 2 saisons différentes, pour pouvoir monter et marcher dans les pentes escarpées des collines et des montagnes. Je vois très bien que certains hommes font et montrent le geste pour aiguiser certains sabots de leurs moutons : je vois les poils, la chair, les sabots clairs, le sang aussi, tout près sous la chair.
Cette jeune femme a été blessée à la tête par les sabots d’un mouton mais ce n’est pas grave. Cela aurait pu l’être mais tout va bien.

Drôles d’oiseaux tous ces animaux !

17 janvier 2016
RÊVE 6

Je me souviens d’un rêve qui revient là ! Un rêve dans lequel un géant quelque chose, un terme utilisé par les jeunes d’aujourd’hui, un géant quelque chose donc, en forme d’ours, a été sans doute réalisé par les hommes.
Il fait clair, l’espace est vaste, il y a de la verdure et de l’eau. On se croirait un peu dans un parc aménagé des grands espaces d’Amérique du nord, au Canada ou aux Etats-Unis. Je fais face à cet espace et je vois alors de nombreux ours blancs qui s’amusent ! Ils font comme du toboggan !
Si, ils sont en train de glisser de l’intérieur de la gueule de cet ours blanc géant au long museau blanc et à la truffe bien noire puis de sauter par la gueule de ce dernier avant d’arriver sensiblement plus bas dans l’eau polaire mais sans glace, fraîche plutôt.
Ils rient mais ils ont aussi la sagesse innée de laisser un espace temps entre chacun d’eux pour ne pas risquer de se rentrer dedans. C’est adroit.
Ils semblent se marrer ! C’est drôle, inattendu ! Je ressens une vraie joie ! C’est même génial comme scène !

Drôles d’oiseaux tous ces animaux !

8 décembre 2014
RÊVE 6

Je suis sur la plage près d’une petite maison au bord du lac et je prends en photo une jeune fille, une Indienne mais qui n’est pas aussi fine que les Indiennes habituelles. Le surpoids est arrivé aussi là-bas, c’est très important d’y faire attention et de ne pas non plus chercher qu’à trouver que de très belles femmes Indiennes avec leur peau si gracieuse et brune, leurs cheveux de soie noirs et si fins, leur élégance et leur port si digne, comme leur délicieuse féminité. Ce n’est pas le cas de cette jeune fille qui est là, près de la côte Est de l’Inde. C’est ainsi mais j’essaie quand même de la photographier, par plaisir.
A un moment, un alligator surgit ! Il est pourtant inoffensif même si l’effet de surprise est réel. C’est un gros alligator assez maladroit et imposant, de gros gabarit, un adulte impressionnant mais de couleur marron. On dirait un de ces animaux un peu caricaturés comme un dessin animé, Bernard et Bianca par exemple… Il a un peu l’air d’un hippopotame.
Finalement, quel sourire ! Il est absolument inoffensif, et le sait. Il ressemble un peu à un gros phoque avec toute sa masse graisseuse qui l’alourdit tellement lorsqu’il est sur terre. C’est touchant.

Drôles d’oiseaux tous ces animaux !

au Chalet
21 août 2014
RÊVE 8

Je suis dans les pentes d’une belle montagne, herbeuse et bien verte, et je vois soudain un petit groupe de mammifères, non pas des moutons mais de beaux et de jeunes veaux, descendre rapidement et joyeusement, sur quelques mètres, faisant comme des cabrioles, oui, avec cette souplesse et cette virtuosité juvénile, si spontanée et si heureuse, presque acrobatique parfois.

Drôles d’oiseaux tous ces animaux !

aux Rousses, dans le Jura
6 novembre 2010
RÊVE 2

Nous sommes dans la Nature les enfants et moi et nous marchons un après-midi d’automne, un peu gris, heureux de marcher en pleins champs, près des bois et forêts qui sont à la lisière de ces champs. Il y a de la joie et de l’énergie en nous tous.
Soudain, je vois filer un chien de chasse, un pointer vers la droite, dans la direction où nous marchons aussi mais sans qu’il nous soit possible longtemps de voir où il va comme ça car nous sommes tout près des bois que nous longeons dans un champ. Je me dis juste : il a dû sentir quelque chose !
Je préviens les enfants en leur disant d’être silencieux, aux aguets, vifs, en alerte et calmes, sans aucun mouvement brusque, nous allons peut-être le voir en arrêt. En effet, le pointer est un chien d’arrêt et après avoir marché quelques dizaines de mètres pendant lesquels les arbres nous empêchent de voir ce qui se passe, nous débouchons alors sur un champ très vaste, en pente vers le bas sur notre gauche et qui fait reculer plus loin la forêt. Le pointer est allé au bout à droite de ce champ et est revenu un peu vers nous. Il est loin de nous, à l’arrêt, le nez dans le vent. C’est un chien marron gris, très très smart, un très beau chien de race, fin et tout jeune, mais très sérieux là. Il a repéré quelque chose !
Nous y allons, nous nous approchons et arrivons jusqu’au chien. Là, je vois dans une sorte de terrier et pourtant non pas sous la terre mais sous une galerie de brindilles et de petites branches, quelque chose : un faon, un futur cerf. Il fait sans doute beau tout à coup car les couleurs sont jaune, orange, brun, rouge, et il y a une lumière ou une luminosité heureuse, vive ! C’est l’excitation alors car je le vois sous ces brindilles et il nous faut l’attraper. Je prends alors une sorte de bâton ou de fourche en bois pour empêcher que le faon ne s’enfuie et nous l’amenons à se déplacer. Du coup il file dans la galerie comme si elle était creusée à un mètre sous terre et recouverte de tous ces bois dans lesquels ces animaux se cachent habituellement du regard des hommes. Je me sens comme un enfant, hyper joyeux, et avec les gestes de l’adulte vis à vis de cet animal. Il file, revient, nous pourrons l’attraper c’est sûr me semble-t-il mais ça ne se fait pas comme ça, il est très vif bien sûr et nous nous sommes un peu maladroit. Mais quelle joie !
Et soudain, ça y est, nous l’avons amené au bout de sa galerie, sans qu’il puisse repartir ; Et je crois que je le prends alors dans mes bras. Tout est calme ! Quelle joie intérieure !

Drôles d’oiseaux tous ces animaux !

au Chalet
21 août 2015
RÊVE 4

Je suis dans l’embrasure d’une porte, il fait clair et je cherche à prendre un sac souple et vert, un peu mou, en toile je crois, dans la petite pièce claire qui se trouve devant moi. On dirait que je suis à l’entrée du petit bureau de mon père au rez-de-chaussée de la maison de famille rue Gabriel à Versailles.
Cette petite pièce donne sur l’entrée de la maison et je suis là  à genoux, essayant d’attraper mon sac dans l’angle de la porte qui est entrouverte. Mais je fais attention car il y a un animal en particulier qui est là et qui ne doit pas sortir de cette pièce, c’est en tous cas ce que je crois ou ressens. Je ne connaissais pas son existence et le découvre avec plaisir et excitation aussi car c’est un petit mammifère beige crème qui est d’une extraordinaire vivacité ! Il est d’une vélocité incroyable et il voudrait manifestement sortir.
Il fait de petits bonds et virevolte, c’est extraordinaire ce qu’il est agile et souple ! En effet, dès que je soulève mon sac ou le déplace un peu, il utilise chaque espace possible pour essayer de se faufiler et de sortir de la pièce pour aller dans l’entrée. Mais je sais qu’en réalité l’étape d’après c’est qu’il chercherait à sortir de la maison et qu’on ne pourrait alors pas le rattraper ! Or il ne m’appartient pas et je sens comme le devoir de le laisser là, de l’obliger à rester là.
Puis je m’aperçois qu’il y a un autre petit animal également, tout aussi vif que le premier mais qui aimerait juste sortir de cette pièce. Celui-ci est plutôt de couleur verte, un vert assez clair c’est étonnant. Ce sont tous deux des petits mammifères assez longs et fins, petits aussi, et d’une incroyable dextérité de mouvements.
Je fais très attention mais du coup je mets du temps, beaucoup de temps pour juste attraper mon sac vert.

Drôles d’oiseaux tous ces animaux !

13 septembre 2011
RÊVE 10

Des animaux mutent et ce sont je crois des oiseaux qui sont concernés. Je les vois dans un espace un peu sombre, marron, comme une grange dans laquelle ils sont tous et dans laquelle ils volent ou circulent librement.
C’est très important ce qui se passe je crois. Ce sont des oiseaux de couleur marron ni tout petits ni gros, ils sont plutôt de la taille des merles ou des étourneaux par exemple mais je ne me souviens plus… Simplement, ils sont en train de se transformer et c’est précieux, important et je suis très sensible à ce qui se passe là, qui n’a l’air de rien ou qui n’intéresserait peut-être pas beaucoup de monde dans l’époque où nous vivons.
Et pourtant, je suis attentif, je regarde, j’attends, il se prépare quelque chose, je le sens, le sais et me sens en communion avec ce qui se prépare…

Drôles d’oiseaux tous ces animaux !

7 mai 2014
RÊVE 7

Nous sommes dehors, en pleine Nature. Il fait à la fois clair et un peu sombre, comme si la végétation était celle de l’été ou du printemps mais que le ciel était chargé, ou que nous étions un peu le soir sous un ciel clair dans une vaste étendue du Canada ou des parcs américains aux Etats-Unis.
Je remarque soudain un homme, un photographe professionnel, très attentif et très patient, en train d’ajuster en silence et avec une grande précaution, les photographies qu’il essaie de prendre de deux jeunes loups au pelage beige, deux jeunes loups sauvages mais qui sont allongés, un peu en diagonale, le museau vers l’avant, du côté droit de la scène que je vois.Je ressens une intense émotion à ce que cet homme réalise, seul, concentré, à ce spectacle assez extraordinaire qu’il surprend et dont il témoigne ! Je m’inspire je crois pleinement de toute la scène et de tous ses éléments.
C’est très étonnant et saisissant : ces deux jeunes loups sont l’un à côté de l’autre, allongés et détendus mais en veille, en alerte, cela se sent. Ils semblent en confiance et prêts à réagir immédiatement si besoin. Surtout ils sont montés sur une sorte de rocher clair, une espèce de table.
Je ressens qu’il s’agit d’une sorte d’autel et que cet épisode est comme relié à une tradition ancestrale, peut-être un autel sacrificiel, une sorte d’image Biblique.
Cette table ou ce rocher en forme de table est claire, impressionnante d’émotion et de sens ! Je ressens immédiatement quelque chose de symbolique et de très fort ! Pourtant, rien ne semble annoncer un sacrifice réel : ces deux jeunes loups sont vivants, beige clair et ils sont venus s’installer là librement, naturellement.
C’est d’une immense beauté, la scène est d’une grâce et d’une beauté subtile et très sensible, très artistique aussi !
L’image de ces deux jeunes loups au loin sur cet autel, en pleine Nature, et que je vois comme si j’étais prêts d’eux en même temps, est une très belle image, très artistique, pleine de mystère, de beauté, inattendue. Même si elle porte aussi une part d’inquiétude, quelle force et quelle sensibilité !

 

Drôles d’oiseaux tous ces animaux !

24 mai 2014
RÊVE 1

Je suis dans une vaste piscine je crois, un bassin à la fois grand, large et profond, suffisamment grand en tous cas pour que j’ai le sentiment d’être à la fois dans une enceinte contenante et très vaste et dans un univers dont je ne vois pas les parois pour autant.

Je me sens nager dans les eaux claires et plutôt vertes, comme si j’étais un poisson ou un dauphin, comme si j’étais un homme, ce que je suis, mais respirant avec des branchies ou capable de circuler naturellement dans cet univers. Je ressens ainsi une grande souplesse, une profonde fluidité, une détente et une liberté d’être complète, réelle.