Vincent Chove

Rotate your device
menu
Retour
lire tous les poèmes
Poèmes
Couché sur une feuille
Extrait

Couché sur une simple feuille,
Recroquevillé et endormi,
Quel est ce petit animal étrange ?

Il ne bouge pas mais respire.
Le repos l’épanouit,
Et l’élégance lui sourit.

Plein de charme,
Sa beauté est celle du nouveau né,
Fripée par l’effort.

Sa bonté se lit sur son visage.
Détendu et serein,
Il sourit à la vie par ses commissures.

Soudain, cet être étrange et minuscule remue.
Il bouge à peine et se tourne vers l’aine,
Il s’étire puis se replie.

Surprise d’un premier bâillement,
S’entrouvre alors une part de mystère,
Que ce petit mammifère aux paupières closes anime.

Il s’éveille sans rien dire.
Pas un son ne frémit,
Il se tait, et pourtant nous parle.

Que veut-il ?
Rien, sinon dire.
Chut, sans rien dire !

Il s’étend comme il s’étire,
Se déploie comme il se fait tout petit,
Et ne se plie qu’à sa propre souplesse.

A la fois libre et discret,
Comme le modeste voyageur parcourant le monde,
Il s’exprime,
aussi précis que le peintre choisissant sur sa palette des nuances parmi ses couleurs.

Ainsi couché, il voyage sans passeport, ni couverture.
Ainsi à nu, il colore et anime d’images celui qui le regarde
Dans l’émotion de sa propre sensibilité comme du souvenir de ses déambulations vagabondes.

Ils ont manifestement une histoire en partage.
Elle se crée par le rythme de leur rencontre et la mélodie de l’imaginaire
Concrètement inscrit dans le creux de l’instant approfondi.

Ainsi couché sur une simple feuille
Que l’arbre ne tient plus depuis longtemps,
Ce drôle d’animal, petit être qui lui parle, n’est autre que lui : tout un poème ! ;)

 

L’engagée pour la vie !
Extrait

...
Après avoir caressé l’ennui
Comme nourri d’amour autrui,
S’être assoupie de nuit,
Elle va d’un pas alerte et souple.
...

Pour retrouver les poèmes dans leur intégralité